Le Raid! Avec
Avant propos:
Après 2003 et 2004, en 2006 l'envie de retourner avec ETM en Tunisie était trop forte. Et puis je voulais voir, ou plutôt sentir, les pistes avec l'Africa Twin que je venais d'acheter. Le plaisir de retrouver l'ambiance ETM même si nous étions moins nombreux. Découvrir d'autres participants à part Doumé avec qui j'avais déjà fait la Rando de 2004 et Fabrizio en 2003 et bien sur Mahmoud le grand Maitre organisateur.
C'était pas une drogue mais presque !
CALENDRIER DU PARCOURS
tente berbere Jardinage nefta SIDI BOU SAÏD
Mahmoud Charlie Dominique Fabrizio Séverine Claude Gérard
Mahmoud
Charlie
en 4x4
Dominique en
Ténéré 650
Fabrizio
en Varadero
Séverine
copilote a Papa
Claude
en BMW GS1150
Gérard
en Africa Twin

Mercredi 25:
Départ de Cannes pour Grambois avec Dominique. Les voyages avec lui sont toujours épiques m'avait on dit, hé bien c'est vrai !! Pause syndicale après le péage d' Aix en Provence. Vérification de l'essence. Dominique me dit " pas de Pb, j'ai un réservoir de 32 litres et il m'en reste encore". Mais 5 kms plus loin c'est la panne sèche. La prise de carburant de son réservoir est à dix centimètres au dessus du fond ! Nous sommes arrivés à Grambois à 21h au lieu des 19h prévues !!!
Accueil toujours aussi agréable chez Martine et Zitoune.
Avant toutes choses, chargement des motos sur le plateau.
Puis l'apéro, rencontre avec Claude et sa GS 1150 qui participe pour la première fois à la Rando et retrouvailles avec Fabrizio et Mahmoud. Au menu: Fondue Bourguignonne, chocolat Suisse et Abricotine apportés par Fabrizio.
Charlie et sa fille ne viendront pas ce soir. Problèmes de pneus a Cavaillon. Ca discute, ça rigole beaucoup, ça bois un peu (trop) Puis au lit.

Jeudi 26:
Debout à 7h, je pique une tête dans la piscine pour faire passer l'abricotine.
A 9h départ pour Marseille. Charlie & Séverine qui n'ont pas vraiment résolu les problèmes de pneux nous rejoingnent au port. L'attente sera longue car nous embarquerons sur le Carthage à 14h. Prise de nos cabines. Largage des amarres a 17H.
Marseille s'éloigne. La mer sera légèrement agitée durant une partie du voyage. Heureusement le Bar du bateau ne bouge pas!
L'aventure commence !

Vendredi 27:
Débarquement vers 13H au port de la Goulette. Il y a beaucoup de monde et les formalités de douanes sont longues.
Nous nous rendons dans un garage pour que Charlie fasse enlever les chambres a air de son 4X4 suite a des Pb rencontrés lors de sa descente sur Grambois.
Déchargement des motos du plateau. Casse des repose-pieds de la Varadero de Fabrizio!
Et le miracle de la Tunisie commence car en dix minutes ils sont ressoudés par un petit artisan du coin.
Chez nous, votre concessionnaire vous remplace tout après avoir passé commande et reçu la pièce 8 jours après !
La faim se fait sentir, direction le bord de mer pour y manger les premières spécialités piquantes dans un petit restau au bord de la plage du Lido.
Enfin la route pour Kairouan. Ville sainte pour les Musulmans. Nous sommes en retard et la nuit tombe tôt, c'est donc sans détour que nous faisons la route.
Dîner puis piscine avant un Thé au Café Maure installé dans l'ancien fort de la ville.
Pas de ballade en ville, trop tard. Repos, la journée fut longue.

Samedi 28:
Le problème de l'hôtel où nous étions c'est la proximité avec la Mosquée.
Ce qui fait qu'à 5 heures du matin vous avez les premiers appels à la prière qui résonnent dans vos oreilles !!
Je ne résiste pas a un plongeon du matin pour être en forme. P'tit dèj copieux et a 9 h en route pour la plus longue étape de cette rando. Nous prenons la direction de Nefta via Gafsa , ou nous ferons l'achat de quelques provisions pour un petit pique nique au bord d'une oasis près de Moulares.
Toujours les contrastes saisissants entre le minéral et le végétal, bataille incessante pour la vie.
Reprise de la route pour un détour via Tamerza. Après les grandes plaines traversées nous abordons les contreforts des montagnes qui nous mènent sur l'Oasis de Tamerza.
Arrêt au dessus de l'Oasis pour un Thé .L'ancien village détruit est a nos pieds. Le paysage est superbe!.
Une heure d'arrêt et en selle pour une balade dans les gorges. Je constate que la route a été aménagée depuis mon dernier passage.
Descente sur une grande plaine désertique qui nous conduit sur Tozeur. Passage sous les surprenantes portes de la ville, puis nous filons sur Nefta. Traversée de la ville ou nous reviendrons plus tard.
Quelques kilomètres plus loin nous nous arrêtons a la base de char a voile de Faouzi. Celui ci nous rejoint pour nous guider en direction des dunes où nous attend notre premier Bivouac au milieu de nulle part.
La Varadero qui n'est pas du tout conçue pour le sable restera dans un poste de police près de la route.
Enfin du sable! Petite appréhension, mais tout se passe (presque) bien. Petite chute pour Dominique et pour moi-même, mais juste a l'arrivée ! Nous retrouvons avec plaisir Florence ( ex randonneuse ETM) et sa fifille qui est venue passer quelques jours avec nous.
Le bivouac est superbe. Tentes de toile très confortables pour y passer la nuit et camion equipé pour la Logistique cuisine. Charlie nous fera un bon pastis, et Faouzi une excellente soupe et couscous royal. Chacun sa spécialité! Feu de camp, ciel étoilé, silence absolu entre les éclats de rires. La fatigue et d'autres éléments me feront rejoindre ma couche avec quelques difficultés.

Dimanche 29:
Nous nous réveillons tôt pour gravir le sommet de la dune au pied de laquelle nous avons dormis.
Nous assistons à notre premier lever de soleil dans le désert.
Le spectacle est saisissant d'émotions. Mahmoud décide de faire son Jogging matinal "en Quad", chacun sa façon après tout…
Petit déjeuner complet, et départ pour Nefta. Reprise des dunes en sens inverse, mais mauvaise trajectoire pour moi, je me tanke dans la remontée, vingt mètres à pousser l'Africa, dur dur !!! Fabrizio récupère sa Varadéro et nous filons sur Nefta. Arrêt chez Faouzi ou Florence, Fabrizio et un guide prennent des Quads. Claude, Dominique et moi allons en moto sur la piste du décor de Star Wars.
Les quelques bacs a sable ne nous ralentissent même pas, bien au contraire, c'est le bonheur suprême. Cette piste n'a pas de piège particulier et je suis heureux de pouvoir, enfin, la faire en entier et a moto.
Le caméscope de Dominique, fixé sur sa fourche, ne résistera pas aux secousses et à la poussière de la piste. Dommage ! Pas de film de ce moment de délire.
Rapide visite du décor de cinéma où des enfants tentent, avec insistance, de nous vendre des babioles.
Claude est tenté de passer une dune. Sa première tentative est bonne, la seconde plus difficile, et la troisième se finit par un superbe soleil par-dessus le guidon……Peur mais pas de bobo.
Le retour s'effectue par une autre piste qui au début s'annonçait sympathique. Plus étroite, moins plate et plus sableuse.
Mais si le dèbut etait agréable elle devint vite une petite galère rigolote.
En traversant un Chott, Dominique sortit des traces ce qui l'amena a s'embourber. Puis le sable devint de plus en plus mou. Tentative de prendre hors piste, ce n'était guère mieux avec les butes d'herbes à chameaux et un sable a peine plus dur. Les chutes sont plus nombreuses, heureusement Florence sur son Quad fait office de SOS relevage !
Une petite pause pour se réhydrater et récupérer des forces. Le guide nous rassure car nous avons le sentiment d'être perdu ! Retour a la base pour aller déjeuner à l'hôtel.
Apres un bon repas, Charlie qui a éssayé toute la matiné de mettre de l'ordre dans son véhicule désire aller sur la piste a son tour. Dominique et moi nous l'accompagnerons en moto (a fond). Mahmoud suivra dans son 4X4. Arrivé sur le site Charlie fera ses premiers franchissements de dunes avec les précieux conseils de Mahmoud. Séverine que nous avons rebaptisé "Yasmine" pour faire "local" nous fera une démonstration surprenante de ses talents.
Retour hôtel, piscine, apéro, je suis HS !!!! Le soir, Faouzi nous organisera un superbe barbecue au bord de la piscine.

Lundi 30:
A 9 h en selle. Direction Tozeur pour une visite du Zoo du désert et la superbe palmeraie ou la récolte des Dattes bat son plein.
Tout au long de notre périple nous verrons les Dattiers décorés de filets de protection contre les insectes. Cela me fait penser à d'énormes boules de noël avant l'heure.
Passage en centre ville pour acheter des provisions en vue d'un pique nique. Ce qui nous surprend dans cette ville, et toutes celles que nous traverserons, c'est l'incroyable animation qui y règne, les couleurs des produits étalés devant les échoppes, tissus, fruits, légumes, poteries, etc.… les odeurs mélangées, la multitudes de gens en mouvement, des voitures et des carrioles tirées par des mules, un véritable tourbillon de vie.
Provisions faites nous partons en direction de Douz. Nous devions faire la traversé du Chott par la piste, mais les pluies abondantes de la semaine passée nous privent de ce plaisir. C'est donc par la route que nous traverserons ce désert de sel.
Petit arrêt " syndical " au milieu du Chott. Nous retrouvons certains participants du Raid Gazoline. Apres ce petit arrêt nous avons hâte de voir à quelle vitesse maxi nos motos peuvent aller ! Puisque la route est belle, droite et plate, rinçage de la poignée. Aucun problème sur cette route sans radars et au revêtement parfait. 170 maxi pour l'Africa, 200 pour la BM de Claude!!
Pique nique à la sortie du Chott sous des Dattiers. Nous arrivons tôt à Douz, la porte du désert, ville ceinturée de dunes. Dépôt des bagages, douche, et Taxi en direction du Souk.
Vous voulez de l'aventure ? Testez les Taxis Tunisiens ! Pas chers et épiques ! Tant par l'état de certains véhicules que par la conduite des chauffeurs !!!!
Nous rencontrerons par hasard Monji, jeune petit prince du désert qui parfois accompagne les sessions ETM. Comme certains cherchent à acheter des babouches, il nous mène a l'extérieur du souk, chez un artisan qui est son frère et qui vous fait les plus belles et plus solides babouches de la Tunisie, pas de ces trucs qui fondent sous la première goûte d'eau !
Un Thé pris sur le trottoir en attendant que le barbier ouvre spécialement pour nous son salon. Comme d'habitude mes cheveux y passent, puis la barbe pour tout le monde.
Hôtel, repas, visionnage des photos du jour dans la chambre. Pendant ce temps je teste les babouches, fantastique !!!!!!!!
Barbier a Douz

Mardi 31:
Aujourd'hui il faut être en forme ! Nous allons à Ksar Ghislane ! Mais d'abord nous repassons au centre ville pour que Charlie fasse des provisions. Ce soir, il nous invite à manger des spaghettis.
Yasmine récupère ses sandales réparées par le fabricant de babouches. Il y a du monde sur la place du souk. A l'ombre d'un Tamaris des vieux jouent aux dominos assis par terre.
Les enfants se pressent vers l'école, des hommes prennent le thé aux terrasses. Nous nous joignons à eux.
Tranquillement, nous repartons faire le plein d'essence. A l'entrée de la piste, arrêt obligatoire au café Jelili. Je suis surpris de voir que maintenant il a enfin un beau petit bâtiment en dur, le précédent ayant été brûlé volontairement.
Jelili, toujours pareil a lui-même. Son accueil, son sourire, sa théière dans une main et un plateau garni de succulents petits gâteaux dans l'autre. Il vient vers vous pour vous souhaiter la bienvenue. Ses tarifs sont simples, " ti donnes ce que tu veux ! "
Maintenant la piste. Mais elle a disparu ! C'est du bitume que nous trouvons sous nos roues. Le désert avance, le goudron aussi. A ce rythme, il y aura bientôt des réverbères sur les bas côtés ! Les vingt premiers kilomètres sont tout lisses. Brusquement la piste revient en nous surprenant avec un bac à sable. Nous frôlons la gamelle.
Halte à Bir Soltane. Pause repas avec sandwichs tabouna piquants. Une heure de repos et en selle pour la dernière partie de piste encore vierge de bitume.
Mes souvenirs ne me font pas défaut, je sais qu'il y a des dangers sur cette piste. Gros cailloux, trous, sable mou, passage d'oueds, poussière, 4X4 à pinpins qui roulent à tombeau ouvert.
Mais quel pied !! La roue arrière essaie de passer devant....Enfin Bir Soltane.
Je ne sais pas si c'est à cause de la saison ou du bitume qui avance, mais il y a beaucoup de monde à l'oasis. Beaucoup trop à mon avis. Certains garent leurs 4X4 juste au bord de la mare d'eau chaude ! Le parking situé à 20 mètres semble trop loin ? Ou est-ce le reflex-parking-du-centre-commercial qui est profondément ancré en eux ? La mare est quand même irrésistible.
Nous piquons donc une tête. Le soir fut consacré à manger les spags de Charlie. Il a plus de casseroles dans ses cantinières que dans celles d'un chef trois étoiles au Michelin !
Superbe parcours et très belle soirée. Fatigués, au lit sous les tentes.

Le café Jelili
Le Café Jelili

Mercredi 1 :
6h10, premières lueurs de l'aube. Je sors de dessous la tente et me dirige vers le bassin d'eau chaude. L'air est frais, ce qui crée un nuage de vapeur au-dessus de l'eau.
Enfin le calme que mérite ce lieu. Un petit bain reposant et je me dirige vers la sortie de l'oasis. 6h39, le premier rayon de soleil sur les dunes de sable ocre.
Les chameliers amènent leurs bêtes pour les promenades. Leurs silhouettes se dessinent à contre-jour. Indescriptible beauté………
Petit déj aux Tabouna faites sur place. Après le bonheur des yeux, celui des papilles.
A 8h une promenade à dos de Camel pour voir si notre équilibre est aussi bon sur ces bestioles que sur nos brêles. Oupsssss, l'Africa est plus stable.
Pendant ce temps Charlie et Mahmoud partent faire un tour en 4X4 dans les dunes. Une heure disent-ils !!! C'est à 11h30 qu'ils reviendront. En plus de l'apprentissage à la conduite sur sable, Charlie a appris comment utiliser les plaques à sable, comment pelleter efficacement, comment criquer vivement. Bref, à sortir un P.. de tout terrain tanké entre deux dunes.
Heureusement qu'un ami de Mahmoud, rencontré par hasard, les a sortis de ce mauvais pas, sinon nous n'aurions que leurs os blanchis au soleil comme souvenir !!!!
Départ de Ksar Ghislane en direction de Bir Soltane. Nous ré-attaquons la piste. Dominique a un coup de stress, il chute plusieurs fois et se sent à bout de force ? Mauvais moments qui peuvent arriver à tout le monde. Je l'accompagne pour l'aider.
Re-casse croûte Tabouna piquant à Bir Soltane. Fabrizio récupère sa Varadero laissée la vieille à ce poste. Même pas de sieste!
Direction Tataouine avec une partie de piste. Encore du bonheur !!C'est à qui sera devant pour enfariner les poursuivants.
Arrêt à Beni Keddache où nous nous partageons un jerrican d'essence.
Arrivée sur Tataouine. Cette région de montagnes tabulaires est superbe et un musée sur les Dinosaures laisse présager qu'en des temps reculés la végétation devait être abondante.
Enfin l'hôtel pour une bonne douche. Après le repas nous décidons de faire un tour en ville.
Retour illico a l'hôtel ! y a rien a d'ouvert àTataouine by night……Tant pis !
Ballade dans les dunes

Jeudi 2 :
L'étape du jour est Matmata via Chenini, Guermessa, Ghomrassen, Medenine, Mareth.
Tôt le matin, devant l'hôtel, passe des enfants qui vont à l'école.
Mais comme nous sommes juste à l'entrée de la ville et qu'après il semble ne plus y avoir d'habitat. Nous nous demandons donc d'où sortent ces enfants ? Comme à mon habitude je distribue quelques stylos, feutres et crayons de couleurs.
A chaque fois c'est un regard d'abord surpris et ensuite émerveillé, souligné d'un sourire offert comme un remerciement.
A 9h, en route pour Chenini. Village troglodyte à flanc de montagne surmonté d'une mosquée dont les murs blancs jaillissent sur un ciel bleu. Visite du village. Claude finira, moyennant quelques pièces, par apprivoiser une vieille femme qui posera pour de superbes photos.
Un p'tit thé et en route. A la sortie de Chenini, nous prenons sur la gauche une piste superbe mais hélas trop courte. Le bitume est en train de la manger !
Je me dis que les Américains nous " bassinent " avec la route 66. En Tunisie, il y a partout des routes 66 ! Avec des paysages grandioses, des lignes droites désertiques, des montagnes qui ressemblent à celles vues dans les westerns de John Ford. Qui plus est, sur la route 66 des US il y a une ville qui s'appelle "Carthage".
Arrivée à Médenine. toujours cette animation incroyable des villes tunisiennes. Petit tour au souk, mais pas un souk a pinpins, un vrai souk ! Il y a un forgeron incroyable. Son atelier ressemble plus à une cheminée vu la suie accumulée sur les murs.
Des tonnes de ferrailles en vrac, un soufflet antique. L'enclume est posée au sol.
L'homme est dans un trou, ce qui le met à la bonne hauteur de travail. Pas d'établi, mais des idées. 67 ans, heureux, et des mains comme des battoirs !
Nous prenons un petit casse croûte devant une sorte de fast food tunisien, mais bien meilleur que Mac Do reur… Brik ou Fricassé pour tous.
A 13 h reprise de la route pour déguster près de Mareth un méchoui au bord de la route, Hummmm ! Matmata nous attend. Mahmoud nous fera passer dans la montagne par une ancienne piste fraîchement goudronnée elle aussi. Les gravillons nous poussent à la prudence car la route est étroite et à flanc de précipice.
Arrivée a Matmata où un guide nous attend pour nous conduire au refuge de berger qui va nous recevoir. Nous dînerons et passerons la nuit dans cet habitat creusé dans la montagne. Après le dépôt des bagages nous irons boire un pot dans un hôtel entièrement troglodyte.
Retour à notre bergerie où nous attend un superbe couscous maison. Charlie, qui a des problèmes gastriques depuis deux jours, ira se coucher avec une biscotte pour seul festin. Soirée photos et bon whisky de Mahmoud !
Au lit sur de simples matelas posés au sol. La vraie vie en quelque sorte !

Couscous a Matmata Vendredi 3 :
Tout doucement nous nous réveillons et sortons de nos couches rudimentaires. Le temps n'est pas au bleu fixe pour la première fois.
Surprenant paysage que ces montagnes de la région. Les dernières photos de la planète Mars sont très semblables ! C'est au centre ville de Matmata que nous prendrons notre petit déj.
En selle pour une longue étape qui va nous mener au Nord. Direction Hammamet via Gabes, Mahres, Sfax, El Jem, Sousse. Nous faisons le plein d'essence à la sortie de Matmata et filons sur Sfax. Il faut être téméraire pour circuler dans cette grande ville. Le périph parisien est une promenade à côté ! Arrêt dans une grande station service pour un lavage complet autos et motos.
Pour quelques Dinars vous avez un vrai lavage avec séchage et essuyage ! Vérification des niveaux et pressions.
Arrive midi avec une p'tite faim que nous apaisons dans un restau sympa à coté de la station. Je vous recommande leur purée de piments si vous avez une bouche capitonnée de plomb….Oupsss. Maintenant que nos motos sont propres, comme elles ne le furent jamais, et notre appétit satisfait, nous partons.
Arrivée sur El Jem en ayant une pensée émue pour Zitoune. Comme la Tunisie n'est pas grande nous rencontrons, assis en terrasse, Patrick Meyer. L'homme qui sortit Charlie et Mahmoud des dunes de Ksar Ghislane.
Visite du superbe Colisée, un thé ou un jus d'orange pressée, puis nous repartons, car il y a encore beaucoup de route à faire.
Après Sousse nous empruntons l'unique autoroute de Tunisie. Le temps a considérablement changé. Le ciel est menaçant de pluie et la température a baissé.
Les motos risquent toutes la panne sèche faute d'avoir fait le plein a Sfax.
Arrêt a la première station service pour un plein et surtout nous réchauffer ! Je resent une drôle de sensation dans cette station service d'autoroute senblable aux notre. Dire que ce matin nous n'avions même pas d'eau courante. Quel choc!
Enfin Hammamet pour un hôtel des plus surprenants. Mélange de château de la belle au bois dormant et de caverne d'Ali Baba. Quel contraste avec notre gîte de la nuit dernière. M'en fous, il y a une belle piscine et nous sommes ici pour deux nuits.
Repas insipide comme souvent dans ce genre d'établissement.
Réunion dans la chambre de Dominique (dixit Doméscope) pour une soirée Vidéo accompagnée d'un petit verre ou deux.

Refuge Troglodyte a Matmata
Une Nuit a Matata

Samedi 4 :
Jour de repos. A Chacun de faire ce qu'il veut de sa journée.
Mais comme nous sommes bien tous ensemble, nous allons en groupe au Souk de Nabeul faire les touristes.
Ensuite, chacun va de son côté en quête d'un petit cadeau pour ses proches ou lui-même. Dépenser les derniers dinars qui lui restent. Aux jeux Olympiques du marchandage les Tunisiens auraient la médaille d'Or ! Comme convenu, à midi, nous nous retrouvons à l'entrée du souk pour un repas de poissons sur la terrasse d'un resto. Certains restent en ville pour l'après midi, d'autres rentrent en taxi à l'hôtel pour une sieste. Dommage que le temps ne soit pas de la partie car la mer est toute proche. Le soir c'est retrouvailles au bar pour exposer les achats qui ont ruiné notre budget vacances.
Demain, c'est le départ et c'est bien triste.

Dimanche 5 :
9h départ de l'hôtel Mickey Land pour le port de la Goulette.
Nous bouclons le circuit en retournant chez le réparateur de pneus du premier jour.
Fabrizio a un clou dans la roue arrière de sa moto. Les miracles il n'y en a pas qu'a Lourdes.
En une minute l'objet des fuites d'air est enlevé et une belle mèche mise a la place.
Le plateau arrive et les motos sont mises dessus. Yasmine et Claude sont pris en charge pour faire un tour à Sidi Bou-Saïd qu'ils ne connaissent pas.
Pour nous autres direction le port pour une longue attente aux Formalités de douane et de Police.
Il y a beaucoup de monde au Départ. Vers 13 h , Yasmine et Claude reviennent enchantés de leur balade avec d'énormes sandwichs pour tous. Petit tour au magasin Free taxe pour finir de vider nos poches des dinars restant.
Embarquement sur le Méditerranée qui est aux antipodes du confort et de l'accueil du Carthage pris a l'aller. Le bateau est complet, des passagers dormiront dans les couloirs.
A 15h10 les amarres sont larguées, le continent Africain s'éloigne et Tunis s'éclaire d'un rayon de soleil comme un sourire pour nous dire au revoir.
Demain Marseille mais pas la joie, heureusement il y a les souvenirs et l'espoir de revenir.

Lundi 6 :
Débarquement à Marseille à 12h. Les motos de Dominique et la mienne sont déchargées du plateau.
Direction Antibes et Cannes. Claude et Fabrizio montent en voiture avec Mahmoud pour Grambois.
Puis Fabrizio rentrera dans le froid en direction de Genève. Claude filera sur Aix. Charlie et Yasmine partiront directement en Suisse. Pas de dunes la bas! Fin.
Maintenant, il me reste plein de souvenirs, des kilos octet de photos, un peu de sable dans le filtre à air de l'Africa et le farouche espoir de recommencer un tel voyage.

Remerciements
A ETM, pour tout ! (pas compliqué comme ça) A Mahmoud chef et guide suprême ! A Françoise d'avoir tenue informée nos proche via le net. A Séverine, rebaptisée Yasmine, pour nous avoir supportés sans broncher. A Charlie pour ses spaghettis a Ksar Ghislane. A Claude de nous avoir fait de si belles photos. A Fabrizio pour son chocolat Suisse et l'abricotine bue a Grambois. A Dominique qui va nous faire un beau film. A Faouzi pour son Bivouac, son couscous, et tout le reste. Aux Tunisiens pour l'accueil. A Honda qui a fait une Africa Twin qui va bien sur la piste mais trop lourde dans le sable. A Pastis d'être 51. Gérard